Le Canada pour Mamzelle Gwen : Pouding chômeur à l'érable

Publié le par Esthel



Quand Mamzelle Gwen m'a annoncé ma destination : Le  ,  pour son Tour du monde en 232 recettes, je me suis dit : "Le Canada, fastoche!, des recettes canadiennes, il y en partout sur le net..." Ben justement, il y en a beaucoup... trop, et plein de super blogueuses qui présentent très bien les plats de leur pays. Alors qu'est-ce que je vais bien pouvoir proposer moi ? Après quelques recherches, je me suis aperçue que la seule province canadienne à possèder une gastronomie bien spécifique, c'est le Quèbec, les autres se tournant plus vers une cuisine plus américanisée.
L'idée de la recette pour notre tour du monde m'est venue en lisant une enquête publiée en décembre 2007 par le journal canadien "Le devoir", qui révèle que selon ses lecteurs et des experts interrogés, le dessert le plus représentatif du Québec c'est le pouding chômeur. Je laisse le journaliste du "Devoir" vous raconter l'histoire de ce gâteau :




"Selon la légende, ce dessert aurait vu le jour au cours de la crise économique des années 30. À l'époque, Georgette Falardeau, femme de Camilien Houde, maire de Montréal, aurait imaginé cette gâterie afin de permettre aux femmes d'ouvriers de réconforter, avec une bonne dose de cassonade, leur mari touché par les mises à pied. D'où son nom: pouding chômeur, ou pouding au chômeur, selon l'humeur.

Composé d'ingrédients bon marché (farine, graisse, lait et cassonade), le plat aurait alors connu une popularité fulgurante dans les quartiers populaires de la métropole avant de se répandre, avec du sirop d'érable quand les beaux jours seraient alors revenus, sur l'ensemble du territoire et dans toutes les strates de la société.

Autre hypothèse: ce fameux pouding, d
ésormais national, puiserait ses origines dans les «cachettes» aux petits fruits, un dessert populaire au temps de la Nouvelle-France. D'expression simple, ce mets se résume en effet à des fraises, des framboises et/ou des bleuets dissimulés sous une sorte de gâteau blanc sans prétention dont la base est effectivement celle du pouding chômeur.

«Or, en hiver, quand ces petits fruits venaient à manquer, raconte la chef Anne Desjardins, les familles continuaient à cuisiner ce dessert mais remplaçaient ces fruits par de la cassonade [moins chère que le sucre et aussi efficace]»... et ensuite par du sirop d'éra
ble, qui vient désormais inscrire le Québec, principal producteur de sirop d'érable au monde -- et de loin --, dans l'ADN de ce dessert."



Quant à la recette de ce fameux pouding, je l'ai prise sur le site du mensuel Québequois "Cour de pouce", qui en propose une version au sirop d'érable. Je mets en parenthèse, les conversions.

Les ingrédients :
Pour la pâte :
- 1/2 t de beurre ramolli (125 g)
- 1 t de sucre (150 g)
- 2 oeufs
- 1 c à thé de vanille (1 c à café)
- 2 t de farine (330 g)
- 1 c à tab de poudre à pâte (1 c à soupe de bicarbonate)
- 1 1/3 t de lait (33 cl)

Pour la sauce au sirop d'érable :
- 1 1/2 t de sirop d'érable (37,5 cl)
- 1 1/2 t de cassonade (225 g)
- 1 1/2 t de crème fraiche liquide (37,5 cl)
- 1/3 t de beurre (80 g)

Préparation de la pâte :
Dans un grand bol, à l'aide d'un batteur électrique, battre le beurre et le sucre jusqu'à ce que le mélange soit léger. Ajouter les oeufs et la vanille et mélanger. Dans un autre bol, mélanger la farine et la poudre à pâte. Ajouter les ingrédients secs à la préparation au beurre, en alternant avec le lait, et bien mélanger. Verser la pâte dans un plat en verre allant au four de 13 po x 9 po (33 cm x 23 cm), beurré.

Préparation de la sauce :
Dans une grande casserole, porter à ébullition le sirop, la cassonade, la crème et le beurre en brassant. Réduire le feu et laisser mijoter pendant 2 minutes ou jusqu'à ce que la sauce ait légèrement réduit. Verser délicatement la sauce bouillante sur la pâte.

Cuire au four préchauffé à 325°F (160°C) pendant environ 35 minutes ou jusqu'à ce que le dessus du pouding soit doré et qu'un cure-dents inséré au centre en ressorte propre. Servir chaud ou à la température ambiante.

Bon j'avoue, j'ai été un peu effrayée par les quantités de sucre et de gras, et j'ai tout divisé par deux pour faire un pouding plus petit. Bien m'en a pris, car les proportions ont ainsi été parfaites pour mon moule en pyrex de 20 cm de diamètre. Et elles suffisent à rassasier 4 gourmands.


Verdict après dégustation : j'ai trouvé le gateau un peu bourratif (d'accord c'est du pouding, donc c'est normal que ce ne soit pas léger ! ) ; mais la sauce, je la trouve addictive. Hummm, ce goût de l'érable... Je sens que ma bouteille entamée va m'inspirer pour d'autres recettes.

Et pour digérer, à défaut d'une balade dans une érablière, je vous propose de découvrir Charlotte Whitton, une femme politique féministe canadienne à la forte personnalité, à travers
la Phrase du jour :
"Quoiqu'elle fasse, la femme doit le faire deux fois mieux que l'homme afin qu'on en pense autant de bien. Heureusement, ce n'est pas difficile." (Charlotte Whitton 1896-1975) 

Publié dans Les gâteaux

Commenter cet article

Val de Tival 24/08/2012 16:33

Ma recette m'a été envoyé par une cliente de nos Gîtes ( en gwada) , on a bien aimé mais un peu riche pour ici mais en hiver au Canada ça doit être merveilleux !!!
Et le sirop d'érable du Canada ..miam miam !! un régal

Anne Hélène 06/11/2009 02:07


bonjour,
je rentre de Montréal; j'ai visité Québec mais je n'ai pas eu la chance de déguster ce dessert. Je vais essayer de le faire.
Belle journée;


marion 28/04/2009 06:46

Moi qui suit une raide dingue du sirop d'érable, je suis là à baver piteusement devant mon écran....bon je vais attendre cet hiver pour tester, y'a des choses qui ne sont planquables que sous une doudoune , un large manteau ou un vaste pull :D

Mamzelle+Gwen 24/04/2009 18:14

Elle me plaît bien la phrase du jour ! Et le pouding aussi d'ailleurs :-)

chat bleu 25/03/2009 15:08

Disons que les avant-midis sont bien partis quand on les démarre avec une tartine de beurre d'érable... Maple High assuré ;-P